un blog sur la faune et la flore de Saintonge romane

» Catégorie : INVERTEBRES – Crustacés d’eaux douces


Palaemonidae 01 – La crevette blanche d’estuaire

Commentaires » 0

Crevette blanche prise dans la Charente - La Vallée (17) 01

Crevette blanche prise dans la Charente – 06/09/2017 – La Vallée (17)

Crevette blanche prise dans la Charente - La Vallée (17) 02

Crevette blanche prise dans la Charente – 06/09/2017 – La Vallée (17)

Crevettes blanches prises dans la Charente - La Vallée (17)

Crevettes blanches prises dans la Charente – 06/09/2017 – La Vallée (17)

 ——————————————————————————————————

NOM SCIENTIFIQUE : Palaemon longirostris.

SOUS-FAMILLE : néant.

TAILLE (moyenne) : 4 à 7 cm.

POIDS (moyen) : 5 gr.

LONGEVITE (moyenne) : 2 ans.

DESCRIPTION : vivante, elle est translucide, et après la mort elles devient blanche opaque. La carapace présente quelques chromatophores bleutés souvent organisés en raies longitudinales. L’abdomen est orné de chromatophores bruns-rouges. Le rostre est assez allongé et dépasse plus ou moins le bord antérieur du scaphocérite. Il est droit chez les populations Nord Atlantique, mais est incurvé vers le haut chez les populations Sud Atlantique.

HABITAT : eaux des estuaires, remonte dans les fleuves après la reproduction.

COMPORTEMENT : elle accomplit la totalité de son cycle biologique en Gironde, migrant au gré des débits fluviaux et des nécessités de la reproduction. En période de crue, de décembre à avril, elle campe dans l’aval de l’estuaire puis lors des étiages, à partir de mai-juin, elle entame sa remontée. Si les débits restent bas, elle peut séjourner dans les fleuves jusqu’en novembre. Sa reproduction est saisonnière et varie selon les zones géographiques. La femelle porte jusqu’à 550 œufs en moyenne. Plus la crevette est grosse, plus le nombre d’œufs est important.

ALIMENTATION : son régime étant à tendance carnivore et opportuniste, elle adapte ses principales proies à leurs abondances dans le milieu. Les juvéniles se nourrissent essentiellement de décapodes et les adultes de gammares, d’annélides polychètes, et divers détritus. Une tendance à la nécrophagie est aussi observée pour cette espèce.

PROTECTION 

Attention

- la taille minimale fixée par la réglementation française pour ce crustacé est de 3 cm.

NOTE (S) DE L’AUTEUR :

- espèce commune dans notre secteur d’observations (uniquement dans la Charente) ;

- chair d’excellente qualité.

Cambariidae 02 – L’écrevisse de Louisiane

Commentaires » 0

Ecrevisse de Louisiane prise dans un fossé - Romegoux (17)

Ecrevisse de Louisiane prise dans un fossé – 09/06/2017 – Romegoux (17)

Ecrevisses de Louisiane prise dans un fossé - Romegoux (17)

Ecrevisses de Louisiane prises dans un fossé – 09/06/2017 – Romegoux (17)

 ——————————————————————————————————

NOM SCIENTIFIQUE : Procambarus clarkii.

SOUS-FAMILLE : néant.

TAILLE (moyenne) : 10 à 12 cm.

POIDS (moyen) : 10 à 30 gr.

LONGEVITE (moyenne) : 4 à 5 ans.

DESCRIPTION : couleurs allant du gris-rouge au rouge vif ; facilement reconnaissable aux points rouges qui ornent ses pinces et son corps.

HABITAT : grande variété d’habitats, y compris les zones souterraines, les prairies inondées de façon saisonnière, les marais, les lacs et les cours d’eau permanents.

COMPORTEMENT : contrairement aux espèces d’écrevisses indigènes d’Europe appartenant à la famille des Astacidae, elle est capable de tolérer des périodes sèches de plus de quatre mois ainsi que des eaux stagnantes moins claires ou ayant une plus forte salinité ; dans les lieux avec période d’inondation longue (plus de 6 mois), il peut y avoir au moins deux périodes de reproduction (en automne et au printemps), la période printanière étant plus longue et plus prolifique et persistant jusqu’à l’assèchement du marais ; les femelles contiennent des œufs tout au long de l’année, ce qui leur permet de pondre dès que les conditions sont favorables.

ALIMENTATION : espèce omnivore, elle est carnassière de préférence mais mange principalement des détritus de plantes plus faciles à trouver que les proies vivantes ; s’attaque principalement aux espèces à réactions lentes comme les têtards, les insectes, les escargots, et moins aux espèces à réactions rapides, tels que les petits poissons comme la gambusie ; peut également être cannibale.

PROTECTION 

Attention

- ce crustacé est classé « espèce nuisible » ; il ne doit pas être remis à l’eau après capture, ni être transporté vivant afin d’éviter sa prolifération dans des espaces aquatiques où il n’existe pas encore.

NOTE (S) DE L’AUTEUR :

- espèce très commune dans notre secteur d’observations ;

- chair de très bonne qualité.

Cambariidae 01 – L’écrevisse américaine

Commentaires » 0

Ecrevisse américaine prise dans le canal du Moussard - Le Mung (17)

Ecrevisse américaine prise dans le canal du Moussard – 16/07/2017 – Le Mung (17)

 ——————————————————————————————————

NOM SCIENTIFIQUE : Orconectes limosus.

SOUS-FAMILLE : néant.

TAILLE (moyenne) : 6 à 10 cm.

POIDS (moyen) : 10 gr.

LONGEVITE (moyenne) : ?

DESCRIPTION : se distingue par les taches brunâtres sur la face dorsale de l’abdomen, visibles après la mue quand il s’agit d’écrevisses vivant dans des eaux stagnante ; le côté interne de l’article précédant les grandes pinces est muni d’un ergot.

HABITAT : rivières, canaux, étangs et lacs.

COMPORTEMENT : espèce peu exigeante quant à la qualité de l’eau, elle est active de jour comme de nuit, son optimum thermique se situant vers 20 °C (elle peut supporter des températures de 1 à 30 °C) ; ponte au printemps (avril-mai), la femelle pouvant porter jusqu’à 450 œufs durant environ 5 semaines ; les larves deviennent indépendantes 8 jours seulement après l’éclosion (mais durée variable en fonction de la température).

ALIMENTATION : espèce omnivore, elle consomme des débris organiques et végétaux et s’attaque volontiers à tous invertébrés vivants ou morts, voire aux petits poissons.

PROTECTION 

Attention

- ce crustacé est classé « espèce nuisible » ; il ne doit pas être remis à l’eau après capture, ni être transporté vivant afin d’éviter sa prolifération dans des espaces aquatiques où il n’existe pas encore.

NOTE (S) DE L’AUTEUR :

- espèce peu fréquente dans notre secteur d’observations ;

- chair de très bonne qualité.